Série JAF et médiation épisode 19

Série JAF et médiation Épisode 19 : 3, 9 ou 12 mois Dans ce contexte pandémique, un rapide tour d’horizon permet de voir combien de nombreux domaines professionnels souffrent à bien des égards. Nul ne peut l’ignorer, cette période est pesante. Loin de moi, l’idée d’être pessimiste mais elle m’est utile pour…

Publié par: Armelle

Le 17 Mai, 2021

Publié par: Armelle

Le 17 Mai, 2021

Série JAF et médiation Épisode 19 : 3, 9 ou 12 mois

Dans ce contexte pandémique, un rapide tour d’horizon permet de voir combien de nombreux domaines professionnels souffrent à bien des égards. Nul ne peut l’ignorer, cette période est pesante. Loin de moi, l’idée d’être pessimiste mais elle m’est utile pour appuyer sur cet avant-dernier argument exposé par un Juge Aux Affaires Familiales expérimenté, Monsieur Juston, en faveur de la médiation familiale. Lisons-le ensemble :

Argument n° 19

Vous craignez que ça ne rallonge l’audience ? Trois mois, cela n’est rien par rapport à une guerre qui peut durer des années et vous ruiner psychologiquement et financièrement. Vous aurez réglé votre problème durablement et à long terme, plutôt que de saisir le juge de façon répétée.

Que signifie ces 3 mois ? Quel rapport y a-t-il avec 9 ou 12 mois ?

Depuis cette arrivée bien retentissante du Covid, les délais d’audience ont été considérablement rallongés. Sur Évry dans l’Essonne, certains dossiers patientent entre 9 et 12 mois avant qu’une date d’audience soit fixée. Après l’audience, les parents en conflit vont devoir encore patienter quelques semaines avant de recevoir la décision. Cela dit, antérieurement au Covid, c’était déjà le cas dans certaines juridictions.

Une fois jugement rendu et dans plusieurs situations, les parents continueront à s’invectiver, amener les enfants en dehors des horaires formalisés, râler sur les termes du document peu clairs selon eux, maugréer sur cette personne avec qui, ils ont partagé un moment de leur vie… Demander aux enfants de devenir la boite aux lettres parentale, refuser d’inscrire l’enfant à telle ou telle activité, remettre les soins à plus tard, suspendre la contribution financière, compter le nombre de jours passés avec eux sur un calendrier annuel (mince, cette année le calendrier a un nombre impair J)…

Considérant la durée de vie potentielle d’un conflit, les 3 mois qui permettent de se poser en médiation familiale, d’être aidé, soutenu, compris semblent bien courts. Un trimestre de soutien, de perspectives nouvelles, d’élaboration, de constructions parentales parait peu en temps mais rempli de possibles.

Lorsque nous recevons une personne en entretien préalable à la médiation familiale et qu’elle nous demande quand aura lieu la rencontre avec l’ex, combien de temps ça va durer, quand sera finie la médiation, j’ai en tête : « Je suis prête. Et vous ? Êtes-vous prêt(e) à commencer ce processus ? Êtes-vous prêt(e) à imaginer autre chose que la tension, le stress, la guerre entre vous ? Comment voyez-vous l’avenir autour de vos enfants ? etc ».

La médiation familiale est un processus court (une séance par quinzaine environ) et qui mobilise les personnes tout comme le médiateur familial. Que ce soit un mois et demi, deux, trois voire quatre mois si vous le souhaitiez, s’il le fallait, ce ne sera jamais sans vous, jamais sans votre accord.

* Avec l’aimable autorisation de Monsieur Marc Juston, ancien Juge aux Affaires Familiales au Tribunal judiciaire de Tarascon https://marc-juston-mediateur.com

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    Articles liés

    Famille et médiation

    La médiation familiale est encore bien souvent mentionnée comme un recours dans le règlement de conflit inhérent à la séparation d’un couple. Mais cette dernière a plus d'un tour dans son sac et son champ d'action est bien plus vaste. Découvrons le ensemble dans ces...

    Enfant et séparation

    Je vous invite à la lecture de cet article* qui raisonne si fort à mes oreilles de médiateur familial. Quels sont les impacts des disputes conjugales et/ou des séparations sur les enfants? Que faire pour (les) sortir de ces situations ou mieux encore, pour les éviter?...

    Médiation et grand âge

    Je partage quelques extraits d'un billet savamment écrit par Danièle Henrie, médiatrice familiale DE et Thérapeute familiale systémique, (son cursus mériterait bien plus de lignes 🙂 dont le titre est: " Comprendre est une forme de libération » (phrase empruntée à...

    La démocratie du couple

    La démocratie du couple, quand commence t'elle? Après la rencontre et la formation du couple en mode bien souvent 'paillettes', vient le temps de la réelle découverte de l'autre. Les étoiles sont moins lumineuses et la partie non viable de l'iceberg émerge. Que...

    Médiation familiale seul ou à 2?

    Reste à savoir si toutes les personnes concernées accepteront d’entrer dans ce processus de Médiation familiale car celui-ci revient à se parler, s’écouter et décider ensemble sur la base du libre consentement… Cependant, n’hésitez jamais à rencontrer un médiateur familial…

    Médiation au coeur des familles

    Dans la Une du Figaro ce matin, un titre accroche mon regard: «C'est un processus de paix sociale» : comment la médiation peut empêcher les familles d'éclater totalement? C'est assez nouveau mais cela fonctionne plutôt bien apparemment, écrit un Directeur de la...

    Pension alimentaire en nature

    À la fin de la vie commune, si vous n'avez pas la garde de votre enfant mineur, vous pouvez déduire la pension alimentaire dite contribution à l'entretien et à l'éducation de l'enfant, dans la rubrique "charges déductibles" de votre déclaration de revenus. Il faut,...

    Médiation familiale, pères solo

    Le 27 décembre dernier dans le journal Le monde, un article écrit par Anne Hazard fait état de ces pères solos à la suite d'une séparation, d'un divorce ou d'un deuil : « Quelle idée de vous encombrer de vos enfants » : les « pères solos », des parents d’un troisième...

    Un père, une mère, une pension alimentaire

    Ah le sujet de la pension alimentaire! Cette question est présente dans bien des médiations familiales lors des séparations ou divorces avec enfant. Il est même assez curieux de constater que les parents rigidifient leurs échanges dès lors que ce sujet est mis sur la...

    La TMFPO

    La TMFPO = Tentative de Médiation Préalable Obligatoire   Vous désirez demander la modification d'une décision de justice sur un ou des éléments de votre autorité parentale : Autorité parentale, résidence, droit de visite et d'hébergement, contribution financière......
    Médiation Familiale en Essonne