Grands parents et petits enfants

Avancer dans l’âge peut nous amener à vivre des situations ou des évènements différents de ceux que nous avions l’habitude de vivre et d’appréhender. Chacun est invité à changer de place et parfois même de responsabilités au sein de la famille. La communication peut ainsi devenir difficile d’autant plus que…

Publié par: Armelle

Le 27 Jan, 2021

Publié par: Armelle

Le 27 Jan, 2021

Je ne vois plus mes petits-enfants. Que puis-je faire ?

Avancer dans l’âge peut nous amener à vivre des situations ou des évènements différents de ceux que nous avions l’habitude de vivre et d’appréhender. Chacun est invité à changer de place et parfois même de responsabilités au sein de la famille. La communication peut ainsi devenir difficile d’autant plus que les schémas familiaux se multiplient, la mobilité géographique se développe, la durée de vie s’allonge. La manière de vivre la relation avec les petits-enfants peut aussi se trouver très affectée par une rupture avec son propre enfant et/ou sa belle-fille et gendre.
Des grands-parents n’ont parfois plus accès à leur(s) petit(s)-enfant(s) ou de manière très cadrée, contenue voire surveillée par les parents. Une ‘sclérose’ s’installe qui paralyse peu à peu les contacts, les échanges, la communication et parfois même des situations telles que la remise des cadeaux de Noël et d’anniversaire.

Un constat global amène chacun à ressentir :
• Côté grand-parental, incompréhension, tristesse, sentiment d’inutilité, frustration…
• Côté parental, la colère, le manque de confiance, l’insécurité, la défensive, la peine…
• Et enfin, côté petits-enfants, l’incompréhension, le mal-à-l’aise, la tristesse, la perte…
Ces listes sont loin d’être exhaustives et peuvent tout à fait être interchangeables, nul n’ayant le monopole d’une émotion telle que la tristesse ou d’un trouble tel que le désarroi.

Comment sortir de cela, si tant est que l’on en ait envie ?
La procédure judiciaire permettrait d’actionner le bras de la Justice. Pour cela, saisir un JAF (Juge aux Affaires Familiales), être soutenu par un avocat sont des réponses à un dialogue rompu et/ou à une incompréhension des besoins et réalités individuelles et familiales.
La loi n°2013-404 du 17 mai 2013 – art. 9 (cf. : Article 371-4 alinéa 1er du code civil) énonce l chose suivante « L’enfant a le droit d’entretenir des relations personnelles avec ses ascendants ». Seul l’intérêt de l’enfant peut faire obstacle à l’exercice de ce droit. Si tel est l’intérêt de l’enfant, le Juge aux affaires familiales fixe les modalités des relations entre l’enfant et un tiers, parent ou non, en particulier lorsque ce tiers a résidé de manière stable avec lui et l’un de ses parents, a pourvu à son éducation, à son entretien ou à son installation, et a noué avec lui des liens affectifs durables. L’esprit de la loi prend appui clairement sur l’intérêt de l’enfant.

La médiation familiale est une autre manière d’aborder cette situation de rupture sans toutefois se trouver en conflit avec l’espace législatif. Si l’intérêt de l’enfant est un élément loin d’être négligeable, l’espace familial est à considérer dans son ensemble. Les souffrances des adultes et des mineurs sont à entendre car les résonnances peuvent se faire entendre génération après génération.

En effet, le conflit prend souvent racine dans l’histoire individuelle et familiale.

Poser sa parole, ses souvenirs, ses interprétations, ses projections, ses rêves, son espérance redonnent du sens pour chaque personne entrant en médiation :
« Je ne dors plus depuis… J’avais peur que tu ne viennes à la sortie de l’école me les prendre… Je ne veux pas que tu fasses avec eux ce que tu as fait avec moi… J’ai envie de les gâter… Mes petits-enfants ont besoin de moi… La mère de mes enfants n’est pas acceptée… » sont quelques bouts de phrases que parents et grands-parents prononcent dans l’espace de médiation familiale. Si nous sommes à l’écoute des petits-enfants, ils peuvent en dire tout autant des peurs et du malaise parfois ressentis.

L’espace de médiation familiale est un lieu où les uns et les autres se parlent, s’écoutent. Il est aussi un lieu où chacun peut poser son espérance, percevoir des choses nouvelles, comprendre ce qui fait sens pour l’autre et enfin tenter de construire un nouveau chemin en prenant ensemble des décisions.
La médiatrice familiale / le médiateur familial vous invite à dénouer ensemble ce qui a fait conflit et renouer ensemble dans un niveau de relation que vous déterminerez. Le premier geste est ainsi de s’autoriser à contacter ce ou cette professionnel(le) qui vous accueillera confidentiellement dans une écoute de qualité et une neutralité travaillée.

Vous accueillir inconditionnellement est un fondement de cet espace.

 

grands parents et petits enfants
Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler
AT Ecclésiaste 3.7

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    1 Commentaire

    1. Landais

      Bonjour ma fille avait la garde une semaine sur deux au choix de sa fille de 10 ans. Mais depuis 3 mois est parti vivre à donzac (car elle a rencontré son amoureux) et le père à pris un avocat , pas ma fille (raison financière) donc la juge a donné le domicile à ma petite fille chez son père qui habite à 5 km de chez nous
      Mais depuis j’ai eue ma petite fille que 2 fois et juste l’après-midi . Là j’ai demandé à son père pour l’avoir un jour ce mois Pas eue de réponse
      Donc j’aimerais savoir si j’ai le droit d’avoir un peu ma petite fille et en sachant qu’avec le père c’est un peu tendu. Dans l’attente d’avoir une réponse de votre part Cordialement

      Réponse

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles liés

    Clins d’oeil du couple

    Si le clin d'œil est bien une expression faciale non verbale, il n'a pas toujours la même signification selon le moment, les personnes voire le pays où il est pratiqué. Ainsi, sur d'autres continents, il peut être insultant ou donneur d'ordre. En France, reprenez-moi...

    Semaine de la médiation

    "Semaine de la médiation" dans l'Essonne  PORTES OUVERTES 2021   Lundi 11 octobre 14h00 - 17h30 et Samedi 16 octobre 9h30 - 12h30   Venez à la rencontre de médiateurs familiaux diplômés d'État qui prendront le temps de : Vous accueillir Présenter les...

    La critique dans le conflit

    Critiquer, est-ce construire, déconstruire ou démolir ? « Vous savez, madame la médiatrice, je ne veux pas vous dire tout ce que j’ai compris de cette personne, vous jugerez vous-même. Et puis, je ne suis pas là pour parler d’elle et la critiquer. Mais, attention, il...

    Chewing-gum et médiation

    En lisant plusieurs article sur les impacts de la pandémie et les nouveaux comportements des consommateurs, l'un d'entre-eux a capté toute mon attention: la baisse conséquente des ventes de chewing-gum*! J'aurai pu écrire sur la dégradation de nombreuses relations...

    Avez-vous un objectif précis ?

    «J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une solution pour la maison après...

    QR code et médiation

    Dernière nouveauté du cabinet « Médiation familiale en Essonne », un QR code pour accéder rapidement à l'information dont vous avez besoin! Nous vous invitons à le découvrir dès à présent en flashant le pictogramme ci-dessous avec votre smartphone ou votre tablette....

    Inscription scolaire et parent séparé

    L’article 372-2 du Code civil qui traite de l’exercice de l’autorité parentale, permet à chacun des parents d’agir seuls dans les actes usuels relatifs à l’enfant, l’autre parent étant présumé d’accord. Ce qui permet de ne pas requérir systématiquement l’avis de chacun des deux parents dans le suivi détaillé et quotidien de la scolarité de l’enfant.Ce consentement présumé de l’autre parent tombe bien évidement dès lors que celui-ci manifeste explicitement un avis contraire.Aller au-delà de ce désaccord et agir seul ouvre encore un peu plus la potentielle fracture entre les parents et l’inconfort voire la tristesse de l’enfant.

    Se disputer

    Sortir de ces positions de persécuteur, victime ou sauveur* Découvrons ensemble la situation de Julien et de Sylvia: "Julien arrive dans l’espace de médiation familiale. Il parait tendu et ne manque pas de se repositionner plusieurs fois dans le creux du...

    On se sépare

    "C’est douloureux, c’est difficile, ça nous bouleverse. On aurait aimé ne pas se séparer, on aurait voulu continuer à s’aimer et rester unis. Malgré tout, nous avons décidé de nous séparer mais nous ne souhaitons pas nous faire la guerre".   Comment faire pour...

    Le déménagement d’un parent séparé

    Tribune écrite dans le journal de Bouray-sur-Juine (En Essonne): Préparer et organiser les changements. le thème est fort judicieux en cette saison et vous êtes invités à découvrir la situation de David et Élyse, parents séparés d'un petit Théo, 6 ans. La médiation...
    Médiation Familiale en Essonne