La pension alimentaire

Je ne vois plus mes enfants et on me demande de continuer à verser une pension alimentaire…Le monde judiciaire apporte tout à fait une réponse à cette question que ce soit pour un enfant mineur ou majeur. Le site http://www.vos-droits.justice.gouv.fr permettra de recueillir des informations intéressantes sur ce sujet.Cependant, cette…

Publié par: Armelle

Le 29 Déc, 2015

Publié par: Armelle

Le 29 Déc, 2015

Je ne vois plus mes enfants et on me demande de continuer à verser une pension alimentaire…

Le monde judiciaire apporte tout à fait une réponse à cette question que ce soit pour un enfant mineur ou majeur. Le site http://www.vos-droits.justice.gouv.fr permettra de recueillir des informations intéressantes sur ce sujet.

Cependant, cette question n’appelle peut-être pas qu’une seule réponse législative.

La poser induit l’idée que le versement de la pension est subordonnée au fait de voir les enfants. C’est-à-dire, partager du temps avec eux, les voir au sens concret du terme, avoir une relation vivante et régulière avec chacun d’entre eux, être en lien, savoir ce qu’ils deviennent, ce qu’ils vivent.

Un parent disait dernièrement en espace de médiation familiale : « Je ne veux pas voir mon enfant,    je veux l’avoir ». Avoir n’est pas qu’un auxiliaire, il est un verbe dont les définitions sont nombreuses.

services_conflit-familial  La question se pose, toutefois, de manière cruciale pour de nombreux parents.

L’un des parents peut se voir comme un débiteur face à un parent-créancier soutenu par un jugement. Parfois, un sentiment d’injustice, de frustration habite les cœurs tant la relation parentale s’appauvrit potentiellement autour de cette seule et unique question de contribution financière à l’éducation et à l’entretien de l’enfant.

Du point de vue du parent ‘contributeur’, verser une somme d’argent sans que l’on puisse en mesurer la bonne utilisation et la pertinence peut amener aussi de la contrariété et les échanges de tout ordre seront potentiellement envenimés.

Du point de vue du parent ‘récepteur’, il n’est pas rare de souffrir du peu de considération que cela signifie « Je me sens humilié de devoir quémander de l’argent » disait un autre parent en médiation familiale. Le besoin face à des dépenses croissantes est aussi très concret selon l’âge de l’enfant par exemple.

Certains choisiront de faire la sourde oreille aux demandes de l’autre parent, d’autres opteront pour un versement programmé par virement interbancaire, d’autres encore donneront le montant mensuel ou non, en chèque ou en liquidités au gré des humeurs … En la matière, il y a moult raisonnements et façons d’agir.

Le parent peut aussi dépasser cela et voir dans ce versement la continuité d’un soutien parental, d’une participation à la croissance et le développement de leur enfant. Les comportements parentaux exprimeront alors ce qui se joue autour de l’argent. Chacun comprend que l’échange sur le sujet est plus vaste que l’aspect mathématique. Si ce n’était le cas, une simple calculatrice pourrait faire l’affaire!

Sur la place judiciaire, le JAF peut ordonner une contribution financière à l’éducation et à l’entretien de l’enfant considérant les différents paramètres parentaux (salaires, charges, nombre d’enfants…). Dans l’espace de médiation familiale, le fonctionnement est tout autre.

La médiation familiale sera le lieu de la réflexion et de l’échange entre parents. Chacun pourra alors s’exprimer sur ce que signifie la contribution financière, sur son utilisation, sur la réalité pratique, sur les besoins des enfants et bien plus encore sur le sens et la symbolique de l’argent. Chaque parent pourra y déposer ce qui a du sens pour lui, écouter ce qui a du sens pour l’autre parent.

Finalement, « rendons à César ce qui est à César » et tentons de redéfinir qui en est le réel bénéficiaire.

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

Armelle

Médiatrice Professionnelle Titulaire du diplôme d’État de Médiateur familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au TGI d’Évry et en association dans l’Essonne.
Voir tous les articles de: Armelle

Armelle

Médiatrice Professionnelle Titulaire du diplôme d’État de Médiateur familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au TGI d’Évry et en association dans l’Essonne.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles liés

Débloquer une situation

Quels sont vos désirs? « J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une...

Homologation accords parentaux

Séparés ou en cours de séparation, que faire des accords parentaux au sujet des enfants ? 3 options se présentent à vous: Ils peuvent rester oraux et ont une valeur d’engagement. Ils peuvent être écrits et être conservés pour mémoire ou point de repère. Ils peuvent...

Communication Non Violente

Si vous êtes de ceux qui lisez particulièrement pendant l’été, vous avez peut-être choisi des romans, des magazines ou des essais de littérature. Qu’importe ! Le tout étant de pouvoir ‘s’évader’ d’une manière ou d’une autre et de pouvoir apprécier des plages… de...

Le protocole d’accords parental

Le protocole d’accords parental est un accord rédigé et signé par deux parents séparés ou en cours de séparation qui ont souhaité organiser les modalités à mettre en place pour leur (s) enfant (s). Certains parlent de convention, d’autres de protocole ou encore...

Carnet de santé et parent séparé

La séparation conjugale entraîne plusieurs changements dans l’organisation familiale et invite chacun des parents à échanger les informations nécessaires au bien être de leur enfant.Le carnet de santé est un support essentiel pour celui-ci. Rappelons que ce document est établi au nom de l’enfant et contient les informations médicales nécessaires au suivi de sa santé jusqu’à ses 16 ans. Son utilisation est réservée aux professionnels de santé et sa consultation soumise à l’accord des parents. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l’exercice de l’autorité parentale ou aux services à qui l’enfant a été confié.

Confidentialité et Médiation familiale

Quelle définition donner à ce mot de confidentialité? Qu'est ce que vous y mettez derrière ce mot? Qu'est ce que j'y mets? Selon le Centre national de ressources textuelles et lexicales*, c'est le fait d'assurer le secret, de se faire des confidences, de communiquer...

Fête des mères et Médiation familiale

Un jour par an est posé dans notre calendrier pour célébrer la mère, celle qui porte en elle physiquement et/ou émotionnellement, psychiquement. Si cette date est pour grand nombre occasion de réjouissance, elle peut être aussi un marqueur qui rappelle des...

Vision 360° en Médiation familiale

A l’heure des vidéo conférences, des entretiens à distance, des échanges virtuels, nous ressemblons à des hommes et femmes ‘tronc’. Vous ne trouvez pas ? Dans la plupart des cas, nous ne voyons que la partie haute des corps et je pourrais ajouter avec humour, en...

Qui suis-je?

Qui suis-je? Diplômée, en formation continue, en pratique quotidienne et comme nombre de médiateurs familiaux, avec un certain sens de l'humour! Je suis une personne préparée à la résolution des conflits, ayant des compétences affermies en matière de communication...

Le pépin de pomme en médiation familiale

Mais qu'est-ce que la médiation familiale a à voir avec un pépin de pomme? Quel rapport y a t'il avec ce que l'on vit aujourd'hui? Alors que les mots, virus, confinement, déconfinement, quarantaine... fusent autour de nous sans cesse, pouvons-nous ouvrir notre...
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!