La pension alimentaire

Je ne vois plus mes enfants et on me demande de continuer à verser une pension alimentaire…Le monde judiciaire apporte tout à fait une réponse à cette question que ce soit pour un enfant mineur ou majeur. Le site http://www.vos-droits.justice.gouv.fr permettra de recueillir des informations intéressantes sur ce sujet.Cependant, cette…

Publié par: Armelle

Le 3 Jan, 2021

Publié par: Armelle

Le 3 Jan, 2021

Je ne vois plus mes enfants et on me demande de continuer à verser une pension alimentaire…

Le monde judiciaire apporte tout à fait une réponse à cette question que ce soit pour un enfant mineur ou majeur. Le site http://www.vos-droits.justice.gouv.fr permettra de recueillir des informations intéressantes sur ce sujet.

Cependant, cette question n’appelle peut-être pas qu’une seule réponse législative.

La poser induit l’idée que le versement de la pension est subordonnée au fait de voir les enfants. C’est-à-dire, partager du temps avec eux, les voir au sens concret du terme, avoir une relation vivante et régulière avec chacun d’entre eux, être en lien, savoir ce qu’ils deviennent, ce qu’ils vivent.

Un parent disait dernièrement en espace de médiation familiale : « Je ne veux pas voir mon enfant,    je veux l’avoir ». Avoir n’est pas qu’un auxiliaire, il est un verbe dont les définitions sont nombreuses.

  La question se pose, toutefois, de manière cruciale pour de nombreux parents.

L’un des parents peut se voir comme un débiteur face à un parent-créancier soutenu par un jugement. Parfois, un sentiment d’injustice, de frustration habite les cœurs tant la relation parentale s’appauvrit potentiellement autour de cette seule et unique question de contribution financière à l’éducation et à l’entretien de l’enfant.

Du point de vue du parent ‘contributeur’, verser une somme d’argent sans que l’on puisse en mesurer la bonne utilisation et la pertinence peut amener aussi de la contrariété et les échanges de tout ordre seront potentiellement envenimés.

Du point de vue du parent ‘récepteur’, il n’est pas rare de souffrir du peu de considération que cela signifie « Je me sens humilié de devoir quémander de l’argent » disait un autre parent en médiation familiale. Le besoin face à des dépenses croissantes est aussi très concret selon l’âge de l’enfant par exemple.

Certains choisiront de faire la sourde oreille aux demandes de l’autre parent, d’autres opteront pour un versement programmé par virement interbancaire, d’autres encore donneront le montant mensuel ou non, en chèque ou en liquidités au gré des humeurs … En la matière, il y a moult raisonnements et façons d’agir.

Le parent peut aussi dépasser cela et voir dans ce versement la continuité d’un soutien parental, d’une participation à la croissance et le développement de leur enfant. Les comportements parentaux exprimeront alors ce qui se joue autour de l’argent. Chacun comprend que l’échange sur le sujet est plus vaste que l’aspect mathématique. Si ce n’était le cas, une simple calculatrice pourrait faire l’affaire!

Sur la place judiciaire, le JAF peut ordonner une contribution financière à l’éducation et à l’entretien de l’enfant considérant les différents paramètres parentaux (salaires, charges, nombre d’enfants…). Dans l’espace de médiation familiale, le fonctionnement est tout autre.

La médiation familiale sera le lieu de la réflexion et de l’échange entre parents. Chacun pourra alors s’exprimer sur ce que signifie la contribution financière, sur son utilisation, sur la réalité pratique, sur les besoins des enfants et bien plus encore sur le sens et la symbolique de l’argent. Chaque parent pourra y déposer ce qui a du sens pour lui, écouter ce qui a du sens pour l’autre parent.

Finalement, « rendons à César ce qui est à César » et tentons de redéfinir qui en est le réel bénéficiaire.

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    Articles liés

    Clins d’oeil du couple

    Si le clin d'œil est bien une expression faciale non verbale, il n'a pas toujours la même signification selon le moment, les personnes voire le pays où il est pratiqué. Ainsi, sur d'autres continents, il peut être insultant ou donneur d'ordre. En France, reprenez-moi...

    Semaine de la médiation

    "Semaine de la médiation" dans l'Essonne  PORTES OUVERTES 2021   Lundi 11 octobre 14h00 - 17h30 et Samedi 16 octobre 9h30 - 12h30   Venez à la rencontre de médiateurs familiaux diplômés d'État qui prendront le temps de : Vous accueillir Présenter les...

    La critique dans le conflit

    Critiquer, est-ce construire, déconstruire ou démolir ? « Vous savez, madame la médiatrice, je ne veux pas vous dire tout ce que j’ai compris de cette personne, vous jugerez vous-même. Et puis, je ne suis pas là pour parler d’elle et la critiquer. Mais, attention, il...

    Chewing-gum et médiation

    En lisant plusieurs article sur les impacts de la pandémie et les nouveaux comportements des consommateurs, l'un d'entre-eux a capté toute mon attention: la baisse conséquente des ventes de chewing-gum*! J'aurai pu écrire sur la dégradation de nombreuses relations...

    Avez-vous un objectif précis ?

    «J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une solution pour la maison après...

    QR code et médiation

    Dernière nouveauté du cabinet « Médiation familiale en Essonne », un QR code pour accéder rapidement à l'information dont vous avez besoin! Nous vous invitons à le découvrir dès à présent en flashant le pictogramme ci-dessous avec votre smartphone ou votre tablette....

    Inscription scolaire et parent séparé

    L’article 372-2 du Code civil qui traite de l’exercice de l’autorité parentale, permet à chacun des parents d’agir seuls dans les actes usuels relatifs à l’enfant, l’autre parent étant présumé d’accord. Ce qui permet de ne pas requérir systématiquement l’avis de chacun des deux parents dans le suivi détaillé et quotidien de la scolarité de l’enfant.Ce consentement présumé de l’autre parent tombe bien évidement dès lors que celui-ci manifeste explicitement un avis contraire.Aller au-delà de ce désaccord et agir seul ouvre encore un peu plus la potentielle fracture entre les parents et l’inconfort voire la tristesse de l’enfant.

    Se disputer

    Sortir de ces positions de persécuteur, victime ou sauveur* Découvrons ensemble la situation de Julien et de Sylvia: "Julien arrive dans l’espace de médiation familiale. Il parait tendu et ne manque pas de se repositionner plusieurs fois dans le creux du...

    On se sépare

    "C’est douloureux, c’est difficile, ça nous bouleverse. On aurait aimé ne pas se séparer, on aurait voulu continuer à s’aimer et rester unis. Malgré tout, nous avons décidé de nous séparer mais nous ne souhaitons pas nous faire la guerre".   Comment faire pour...

    Le déménagement d’un parent séparé

    Tribune écrite dans le journal de Bouray-sur-Juine (En Essonne): Préparer et organiser les changements. le thème est fort judicieux en cette saison et vous êtes invités à découvrir la situation de David et Élyse, parents séparés d'un petit Théo, 6 ans. La médiation...
    Médiation Familiale en Essonne