Je divorce par consentement mutuel, la médiation familiale est-elle utile ?

Le divorce par consentement mutuel communément appelé divorce à l’amiable suppose avant tout que les époux soient d’accord sur le principe de la rupture du mariage et sur ses conséquences. La procédure est simplifiée, les délais sont nettement plus court et tout semble alors plus aisé, rapide et favorable à…

Publié par: Armelle

Le 13 Fév, 2021

Publié par: Armelle

Le 13 Fév, 2021
Une histoire parmi tant d’autres

 

Amélie annonce à Felipe sa volonté de divorcer. Ils décident de consulter chacun un avocat pour s’entretenir sur la procédure. Dans le même temps, ils consultent un médiateur familial sur conseil d’un proche.
Le premier entretien, préalable à la médiation familiale, permet de découvrir ensemble le cadre, les modalités, les avantages ainsi que le coût d’une séance de médiation. Ils décident d’y entrer souhaitant s’entendre au mieux pour leur petite fille de 4 ans. La démarche s’est inscrite en parallèle de l’action judiciaire et témoigne du désir de se séparer sans se déchirer.
Lors de la 1ère séance, chacun exprime le ou les objectifs pour lesquels il(elle) est entrée dans l’espace de médiation familiale. Entre l’appartement qu’ils souhaitent vendre, la future résidence de l’enfant, les contributions financières, tout un ensemble de points sont à traiter et à clarifier. Les sujets s’égrènent et le soutien du médiateur leur permet de décider ensemble des changements d’organisation individuelle et familiale.
L’atmosphère est calme et respectueuse.
Et puis… Félipe surprend Amélie lorsqu’au 3ème rendez-vous, il exprime toute sa colère, sa déception et son sentiment d’injustice face à la séparation. Ce qui aurait pu être un cours d’eau tranquille s’annonce être un fleuve impétueux. Amélie est interloquée : « Mais, nous avons fait le choix du divorce par consentement mutuel, il me semblait que tu étais d’accord pour que nous divorcions ». Félipe surenchérit après quelques secondes de silence: «… Je n’ai pas voulu ce divorce. C’est toi qui a tout provoqué et en plus, je suis censé te verser une prestation compensatoire. C’est toi qui me quittes!».

Le divorce par consentement mutuel communément appelé divorce à l’amiable suppose avant tout que les époux soient d’accord sur le principe de la rupture du mariage et sur ses conséquences. La procédure est simplifiée, les délais sont nettement plus court et tout semble alors plus aisé, rapide et favorable à ne pas trop réveiller les vieilles rancœurs sagement enterrées.

Si ce type de divorce peut tout à fait répondre à la situation de certains, il reste pour beaucoup d’autres un moyen de sortir rapidement d’une situation sans chercher à explorer des espaces potentiellement à risques.
Les motivations sont bien souvent exprimées ainsi :« Je veux me séparer rapidement, ne plus avoir affaire avec lui(elle); Je suis prêt(e) à tout lâcher pour ne plus être sous le même toit; Cohabiter encore quelques mois est insupportable; Au plus vite c’est fait, au plus vite je passerai à autre chose, de toute manière on est d’accord sur tout »

Cependant, si la procédure est simplifiée, le divorce n’est pas un acte banal et anodin dans l’histoire d’un couple.

L’expertise de certains professionnels tels que le notaire, l’avocat, le juriste est nécessaire pour établir une convention finale mais il reste à traiter des impacts organisationnels, relationnels, psychologiques, affectifs notamment au niveau des enfants.

De plus, la demande de divorce est très souvent amorcée par l’une des 2 personnes du couple. Un matin au réveil, un soir au coucher, en voiture, en revenant du travail, l’un des conjoints va déposer le mot ‘divorce’. Il faudra souvent plusieurs formulations avant que cela ne soit vraiment entendu et acté par le conjoint.
Ceci peut amener ce dernier à nier la réalité, à rejeter et/ou à acquiescer, se sentir soulagé, adhérer immédiatement voire même prendre les choses en mains en prenant rendez-vous dans un cabinet d’avocat par exemple. Et puis, vient le temps du questionnement entre conjoints.

Pris dans le tourbillon des émotions et de ce qui est à ‘mettre sur papier’ dans la convention finale, un tiers professionnel aura la juste distance pour conseiller et soutenir.
Le médiateur familial sera un tiers différent. Si son soutien est indéniable, il ne conseillera pas mais soutiendra chacune des deux personnes dans la réflexion et le partage au sens propre et au sens figuré.

En effet, les sursauts dont il est question dans l’histoire citée en amont de ces lignes, sont assez courant: «Finalement, je suis surpris(e) (ou pas) ; Je reconnais ou non la demande ; Je cherche du sens à cette future séparation ; Je me questionne sur l’avenir ; Je me fais une raison ; Je le partage ou non avec un proche ; J’accepte ; Je fais les comptes… »
Quelques attitudes loin d’être exhaustives montrent tout le chemin à parcourir avant l’officialisation de la séparation.

En médiation familiale, ces sursauts s’expriment et permettent, entre autres, de clarifier le positionnement de chacun.
J’ai aussi conscience, de ma place de médiatrice familiale, que les sujets abordés par les personnes, les amènent  à réaliser vivement la perte tout en les projetant sur un futur à dessiner. Penser la résidence des enfants, la contribution financière à l’entretien et à l’éducation de ceux-ci, la prestation compensatoire pour l’un ou l’autre, le partage des objets symboliques bousculent :
« Qui prend l’album photo de notre mariage ? Qui garde les albums des enfants ? Qui d’entre nous continue à habiter dans la maison tant qu’elle n’est pas vendue ? Ta famille est plus riche que la mienne, je ne pourrai jamais offrir à nos enfants les vacances qu’ils avaient jusqu’à présent ; Je dois payer alors que c’est toi qui nous met sur la paille… »

Au-delà des biens à séparer, des choix de villes et de type de logements pour les enfants, des montants à définir, la médiation familiale permettra un profond dialogue préalable à une séparation réfléchie pour aujourd’hui et… pour demain. L’après-séparation est à construire.

Ainsi, quelques séances pourront vous permettre, par exemple, de :
• Vous assurer que la séparation est claire, acceptée de chacun
• Définir des modalités de vie pour vos enfants
• Communiquer ensemble sur le sens des contributions et prestations
• Penser ensemble la liquidation et la répartition de certains biens et objets
• Désamorcer les potentiels ‘projectiles’ de demain
• Intégrer les accords dans votre convention de divorce

 

  • Les pensées de l’homme actif vont bien vers l’abondance mais celui qui agit avec précipitation va bien vers la disette   

AT Prov21.5

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    Articles liés

    Clins d’oeil du couple

    Si le clin d'œil est bien une expression faciale non verbale, il n'a pas toujours la même signification selon le moment, les personnes voire le pays où il est pratiqué. Ainsi, sur d'autres continents, il peut être insultant ou donneur d'ordre. En France, reprenez-moi...

    Semaine de la médiation

    "Semaine de la médiation" dans l'Essonne  PORTES OUVERTES 2021   Lundi 11 octobre 14h00 - 17h30 et Samedi 16 octobre 9h30 - 12h30   Venez à la rencontre de médiateurs familiaux diplômés d'État qui prendront le temps de : Vous accueillir Présenter les...

    La critique dans le conflit

    Critiquer, est-ce construire, déconstruire ou démolir ? « Vous savez, madame la médiatrice, je ne veux pas vous dire tout ce que j’ai compris de cette personne, vous jugerez vous-même. Et puis, je ne suis pas là pour parler d’elle et la critiquer. Mais, attention, il...

    Chewing-gum et médiation

    En lisant plusieurs article sur les impacts de la pandémie et les nouveaux comportements des consommateurs, l'un d'entre-eux a capté toute mon attention: la baisse conséquente des ventes de chewing-gum*! J'aurai pu écrire sur la dégradation de nombreuses relations...

    Avez-vous un objectif précis ?

    «J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une solution pour la maison après...

    QR code et médiation

    Dernière nouveauté du cabinet « Médiation familiale en Essonne », un QR code pour accéder rapidement à l'information dont vous avez besoin! Nous vous invitons à le découvrir dès à présent en flashant le pictogramme ci-dessous avec votre smartphone ou votre tablette....

    Inscription scolaire et parent séparé

    L’article 372-2 du Code civil qui traite de l’exercice de l’autorité parentale, permet à chacun des parents d’agir seuls dans les actes usuels relatifs à l’enfant, l’autre parent étant présumé d’accord. Ce qui permet de ne pas requérir systématiquement l’avis de chacun des deux parents dans le suivi détaillé et quotidien de la scolarité de l’enfant.Ce consentement présumé de l’autre parent tombe bien évidement dès lors que celui-ci manifeste explicitement un avis contraire.Aller au-delà de ce désaccord et agir seul ouvre encore un peu plus la potentielle fracture entre les parents et l’inconfort voire la tristesse de l’enfant.

    Se disputer

    Sortir de ces positions de persécuteur, victime ou sauveur* Découvrons ensemble la situation de Julien et de Sylvia: "Julien arrive dans l’espace de médiation familiale. Il parait tendu et ne manque pas de se repositionner plusieurs fois dans le creux du...

    On se sépare

    "C’est douloureux, c’est difficile, ça nous bouleverse. On aurait aimé ne pas se séparer, on aurait voulu continuer à s’aimer et rester unis. Malgré tout, nous avons décidé de nous séparer mais nous ne souhaitons pas nous faire la guerre".   Comment faire pour...

    Le déménagement d’un parent séparé

    Tribune écrite dans le journal de Bouray-sur-Juine (En Essonne): Préparer et organiser les changements. le thème est fort judicieux en cette saison et vous êtes invités à découvrir la situation de David et Élyse, parents séparés d'un petit Théo, 6 ans. La médiation...
    Médiation Familiale en Essonne