Série JAF et médiation épisode 11

Série JAF et médiation Épisode 11: Équipe gagnante. Série, épisode, médiation, affaires familiales… Des mots clefs qui peuvent évoquer et faire apparaître des souvenirs, des pensées, des impressions, des plaisirs, des déplaisirs. En tout état de cause, il s’agit ici de rendre visible le bien-fondé de la médiation familiale, avec persévérance, semaine après…

Publié par: Armelle

Le 15 Mar, 2021

Publié par: Armelle

Le 15 Mar, 2021

Série JAF et médiation Épisode 11: Équipe gagnante.

Série, épisode, médiation, affaires familiales… Des mots clefs qui peuvent évoquer et faire apparaître des souvenirs, des pensées, des impressions, des plaisirs, des déplaisirs. En tout état de cause, il s’agit ici de rendre visible le bien-fondé de la médiation familiale, avec persévérance, semaine après semaine. Aujourd’hui, 11ème semaine, 11ème argument rédigé par un Juge aux Affaires Familiales (JAF)* que je développe ici, en tant que médiatrice familiale.

Argument n° 11

Vous devez rester parents, non plus comme un couple, mais comme une équipe qui joue gagnante dans le même camp : celui de l’enfant.

Nommer les parents ‘’équipe’, gagnante de surcroit, est une formule intéressante.

Dans le modèle de l’entreprise, on parle de bâtir, qualifier, renforcer, une équipe gagnante plutôt à des fins économiques. En effet, l’objectif principal est de fructifier. Pour qu’une équipe soit gagnante, de nombreux sites proposent des clefs. Je tente alors de considérer, de manière synthétique, 5 clefs dans une tout autre perspective, celle de la sphère parentale.

1/ L’objectif commun doit être clair pour chacun.

L’objectif, spontanément énoncé en médiation par des parents séparés, est souvent : « Je veux le bien-être de mon enfant ! ». De quelle façon, cet objectif va-t-il être décliné et comment le rendre clair pour l’équipe parentale gagnante ? Le médiateur familial va permettre aux personnes de décliner leurs propres attentes et de les clarifier, dans le respect des places parentales : « Que mon/notre enfant vive au mieux cette nouvelle situation de famille avec ta compagne – Je veux préserver avec toi, son bien-être malgré la distance de nos domiciles – Organisons l’agenda pour que notre enfant soit serein entre école, vies de famille, activités, copains… –  Je souhaite parler de la préservation de notre image auprès de nos enfants etc… ».

2/ Un minimum de valeurs communes est à considérer.

Lorsque des personnes cherchent à faire ‘famille’, des valeurs communes ont pu émerger à un moment donné. Au-delà de l’histoire du couple conjugal, ces valeurs sont à retrouver ou à découvrir : respect, loyauté, honnêteté, écoute, solidarité, soutien… Les sujets pratiques s’égrènent alors dans l’espace de médiation familiale : les valeurs éducatives – l’heure du coucher – le soutien autour des devoirs – le respect de la confession religieuse – la prise en charge des coûts – les paroles prononcées sur l’autre parent à (ou devant) l’enfant etc…

3/ Une communication efficace contribue à faire gagner l’équipe.

Communiquer dans l’entente ou la mésentente est un pas d’ajustement dans l’acceptation de l’autre même si l’erreur, la maladresse peuvent ponctuer le vécu de l’équipe.  Faire un point régulier en face à face (oui, c’est possible même en période pandémique J), faire circuler l’information pour ne pas exclure ‘un membre de l’équipe’, permettent à l’enfant de ne pas être objet de discorde mais sujet de lien. J’ajoute un petit supplément à ce point 3 : régler les difficultés de l’équipe en interne… Exit, l’enfant pris à témoin !

4/ Une confiance mutuelle dans la délégation et le partenariat.

Déléguer et faire confiance dans une volonté de partenariat ne sont pas évidents lorsque l’équipe est secouée et en difficulté. Pourtant, dans le camp de l’enfant, il vaut certainement mieux veiller aux apports de chacun dans la différence et la complémentarité. Petit ajout : Les membres d’une équipe gagnante auraient tout intérêt à accepter l’entraide…

5/ L’expression de la reconnaissance, encore et encore.

Serait-ce utopique ? Comment célébrer les réalisations de l’équipe devant cet enfant qui grandit jour après jour, corps et psychisme ? Une équipe gagnante aurait tout intérêt à s’arrêter de temps en temps pour apprécier la personne qu’ils ont mise au monde ou accueillie par adoption. Une équipe gagnante pourrait avoir à cœur de partager les bonnes nouvelles et le regard d’émerveillement voire de fierté devant celui ou celle qui les met encore en relation. L’équipe parentale peut ‘jouer gagnant’ dans le camp de leur enfant notamment par l’exercice commun et ajusté de l’autorité parentale leur conférant droits et devoirs.

Cependant, en cas de tensions et de difficultés sur ‘le terrain’, la médiation familiale est l’espace adéquat qui permet d’être accompagnés dans la redéfinition des règles du jeu les plus adéquates. En effet, les parents choisissent, ensemble, les sujets qu’ils souhaitent travailler dans la confidentialité, soutenus par la compétence du médiateur familial neutre et impartial.

Et pour clôturer votre lecture, je partage cette citation d’Henri Ford, industriel américain :

« Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite ».

 

* Avec l’aimable autorisation de Monsieur Marc Juston, ancien Juge aux Affaires Familiales au Tribunal judiciaire de Tarascon https://marc-juston-mediateur.com

 

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles liés

    Clins d’oeil du couple

    Si le clin d'œil est bien une expression faciale non verbale, il n'a pas toujours la même signification selon le moment, les personnes voire le pays où il est pratiqué. Ainsi, sur d'autres continents, il peut être insultant ou donneur d'ordre. En France, reprenez-moi...

    Semaine de la médiation

    "Semaine de la médiation" dans l'Essonne  PORTES OUVERTES 2021   Lundi 11 octobre 14h00 - 17h30 et Samedi 16 octobre 9h30 - 12h30   Venez à la rencontre de médiateurs familiaux diplômés d'État qui prendront le temps de : Vous accueillir Présenter les...

    La critique dans le conflit

    Critiquer, est-ce construire, déconstruire ou démolir ? « Vous savez, madame la médiatrice, je ne veux pas vous dire tout ce que j’ai compris de cette personne, vous jugerez vous-même. Et puis, je ne suis pas là pour parler d’elle et la critiquer. Mais, attention, il...

    Chewing-gum et médiation

    En lisant plusieurs article sur les impacts de la pandémie et les nouveaux comportements des consommateurs, l'un d'entre-eux a capté toute mon attention: la baisse conséquente des ventes de chewing-gum*! J'aurai pu écrire sur la dégradation de nombreuses relations...

    Avez-vous un objectif précis ?

    «J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une solution pour la maison après...

    QR code et médiation

    Dernière nouveauté du cabinet « Médiation familiale en Essonne », un QR code pour accéder rapidement à l'information dont vous avez besoin! Nous vous invitons à le découvrir dès à présent en flashant le pictogramme ci-dessous avec votre smartphone ou votre tablette....

    Inscription scolaire et parent séparé

    L’article 372-2 du Code civil qui traite de l’exercice de l’autorité parentale, permet à chacun des parents d’agir seuls dans les actes usuels relatifs à l’enfant, l’autre parent étant présumé d’accord. Ce qui permet de ne pas requérir systématiquement l’avis de chacun des deux parents dans le suivi détaillé et quotidien de la scolarité de l’enfant.Ce consentement présumé de l’autre parent tombe bien évidement dès lors que celui-ci manifeste explicitement un avis contraire.Aller au-delà de ce désaccord et agir seul ouvre encore un peu plus la potentielle fracture entre les parents et l’inconfort voire la tristesse de l’enfant.

    Se disputer

    Sortir de ces positions de persécuteur, victime ou sauveur* Découvrons ensemble la situation de Julien et de Sylvia: "Julien arrive dans l’espace de médiation familiale. Il parait tendu et ne manque pas de se repositionner plusieurs fois dans le creux du...

    On se sépare

    "C’est douloureux, c’est difficile, ça nous bouleverse. On aurait aimé ne pas se séparer, on aurait voulu continuer à s’aimer et rester unis. Malgré tout, nous avons décidé de nous séparer mais nous ne souhaitons pas nous faire la guerre".   Comment faire pour...

    Le déménagement d’un parent séparé

    Tribune écrite dans le journal de Bouray-sur-Juine (En Essonne): Préparer et organiser les changements. le thème est fort judicieux en cette saison et vous êtes invités à découvrir la situation de David et Élyse, parents séparés d'un petit Théo, 6 ans. La médiation...
    Médiation Familiale en Essonne