Série JAF et médiation épisode 12

Série JAF et médiation: Épisode 12 Complémentaires. Dans une époque plutôt agitée et incertaine, les tensions sont vives et largement exacerbées. Ainsi, nous observons un accroissement de situations familiales où désunions, exaspérations se multiplient. Quel est donc l’intérêt d’un espace tel que la médiation familiale? Je vous invite à découvrir ce…

Publié par: Armelle

Le 21 Mar, 2021

Publié par: Armelle

Le 21 Mar, 2021

Série JAF et médiation: Épisode 12 Complémentaires.

Dans une époque plutôt agitée et incertaine, les tensions sont vives et largement exacerbées. Ainsi, nous observons un accroissement de situations familiales où désunions, exaspérations se multiplient. Quel est donc l’intérêt d’un espace tel que la médiation familiale? Je vous invite à découvrir ce qu’en dit un Juge aux Affaires Familiales* et une médiatrice familiale, tous deux accompagnateurs des familles. Pour ceux ou celles qui découvrent cette série « JAF et médiation », bienvenue au 12ème épisode!

Argument n° 12

En médiation, vous allez apprendre à mieux communiquer pour pouvoir fonctionner ensemble comme parents. Vous allez vous recentrer sur les besoins de votre enfant ‘ rechercher comment vous pouvez vous organiser au quotidien et dans le futur pour qu’il aille le mieux possible. Voir quel cadre de vie organiser pour que chacun de vous lui apporte ce dont il a besoin, car vous êtes très complémentaires. Rechercher comment chaque parent pourra apporter à l’enfant ce qu’il a de meilleur.

Ces paroles sont destinées à des parents divorcés, séparés, en rupture conjugale ayant souhaité qu’un JAF* prenne une ou des décisions à leur place sur un point qui concerne leur enfant. Il peut s’agir par exemple, des conditions d’exercice de l’autorité parentale, de la résidence habituelle de l’enfant, du droit de visite et d’hébergement, de la pension alimentaire. Leur tension est telle que se diriger vers un magistrat leur semble plus opportun. Ainsi, ils confient à ce ‘tiers’ une partie de leur histoire personnelle, leurs désirs, leurs attentes, leurs besoins en espérant que le jugement y réponde au mieux.

Entre temps, ils continueront à se raidir voire à rompre plus encore le lien, prendre de la distance par rapport à celui ou celle qui les a blessé… Peut être auront-ils tenté de communiquer mais peut-être auront-ils fini par bloquer le numéro de portable de l’autre parent?

« Pas évident de communiquer avec cet homme qui a partagé mon intime, avec qui j’ai rêvé, avec qui j’ai espéré, avec qui je me projetais suffisamment pour décider de mettre un enfant au monde ».

« Nous n’avions pas de projet commun. On ne vivait pas ensemble et franchement, je ne m’attendais pas à ce qu’elle m’annonce une grossesse. Elle m’a fait un bébé dans le dos. Maintenant, que la gamine est là, je m’en voudrais toute ma vie de ne pas assumer. Je veux la voir, je veux l’avoir! ».

« Je ne peux plus le voir; Il m’a trompé et là, il voudrait que je lui confie nos enfants. Mes enfants ne doivent pas rencontrer cette femme. Elle m’a volé mon conjoint, pas mes enfants! ».

La médiation familiale est présentée comme un mode amiable de règlement de conflit, parfois un espace de négociation et bien d’autres définitions encore. Considérée comme un moyen alternatif pour éviter le procès, elle est alors étirée selon ce que les uns et les autres veulent en faire. Cependant, elle est un espace différent de bien d’autres (judiciaire, thérapeutique…).

Mon propos est de positionner la médiation familiale comme un lieu qui permet la remise en lien, la réflexion autour et pour l’enfant, l’amélioration de la communication parentale et le travail dans la complémentarité de chacun des parents, richesse de l’altérité.

Les parents sont complémentaires auprès de leurs enfants et quelque soit leur désunion conjugale, ils restent parents.  Ainsi, les médiateurs familiaux les soutiennent non pas dans l’objectif unique de les aider à trouver la meilleure solution d’hébergement, prendre le calendrier et compter le nombre de jours chez l’un ou chez l’autre, pianoter sur la calculatrice pour le montant de la contribution financière, établir le budget-enfant mais pour dépasser la rupture conjugale et leur permettre de se rassembler afin d’offrir leur meilleur à leurs enfants. Si ces réalités d’organisation découlent des séances de médiation, elles seront les fruits d’une meilleure entente et du façonnage d’un autre type de relation parentale, mieux étayante pour le petit homme ou la petite femme en formation 🙂 qu’est l’enfant.

Les médiateurs familiaux diplômés d’État sont des professionnels qui continuent à se former, année après année, selon ce qu’ils estiment avoir besoin d’approfondir et dans la volonté de tenir le cadre déontologique du métier (formation continue sur tel ou tel thème, analyses de pratiques, supervision..). Il sont joignables et rendent disponibles leurs compétences validées et exercées.

* Avec l’aimable autorisation de Monsieur Marc Juston, ancien Juge aux Affaires Familiales au Tribunal judiciaire de Tarascon https://marc-juston-mediateur.com

 

Découvrir plus d’articles

Catégories

Archives

Suivez nous

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.
    Voir tous les articles de: Armelle

    Armelle

    Médiatrice Professionnelle Titulaire du Diplôme d’État de Médiateur Familial, assermentée par la Cour d’Appel de Paris, j’exerce en cabinet, au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Quincy sous Sénart, en PAD (Point d’Accès au Droit) au Tribunal judiciaire d’Évry et en association dans l’Essonne.

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles liés

    De si proches inconnus

    De si proches inconnus Comment correspondre avec un proche inconnu, au degré de parenté incertain bien qu’avéré ?… Telle est en substance l’introduction de la lettre adressée à mon père lorsque je l’ai retrouvé grâce à un test ADN*, après 30 ans de recherches. Qui...

    Clins d’oeil du couple

    Si le clin d'œil est bien une expression faciale non verbale, il n'a pas toujours la même signification selon le moment, les personnes voire le pays où il est pratiqué. Ainsi, sur d'autres continents, il peut être insultant ou donneur d'ordre. En France, reprenez-moi...

    Semaine de la médiation

    "Semaine de la médiation" dans l'Essonne  PORTES OUVERTES 2021   Lundi 11 octobre 14h00 - 17h30 et Samedi 16 octobre 9h30 - 12h30   Venez à la rencontre de médiateurs familiaux diplômés d'État qui prendront le temps de : Vous accueillir Présenter les...

    La critique dans le conflit

    Critiquer, est-ce construire, déconstruire ou démolir ? « Vous savez, madame la médiatrice, je ne veux pas vous dire tout ce que j’ai compris de cette personne, vous jugerez vous-même. Et puis, je ne suis pas là pour parler d’elle et la critiquer. Mais, attention, il...

    Chewing-gum et médiation

    En lisant plusieurs article sur les impacts de la pandémie et les nouveaux comportements des consommateurs, l'un d'entre-eux a capté toute mon attention: la baisse conséquente des ventes de chewing-gum*! J'aurai pu écrire sur la dégradation de nombreuses relations...

    Avez-vous un objectif précis ?

    «J’ai envie de voir mes enfants plus souvent » « J’ai besoin de préparer un contexte favorable pour accueillir mes enfants à la maison » « Je souhaite traiter de la qualité de notre communication avec mon ex » « J’ai à cœur de trouver une solution pour la maison après...

    QR code et médiation

    Dernière nouveauté du cabinet « Médiation familiale en Essonne », un QR code pour accéder rapidement à l'information dont vous avez besoin! Nous vous invitons à le découvrir dès à présent en flashant le pictogramme ci-dessous avec votre smartphone ou votre tablette....

    Inscription scolaire et parent séparé

    L’article 372-2 du Code civil qui traite de l’exercice de l’autorité parentale, permet à chacun des parents d’agir seuls dans les actes usuels relatifs à l’enfant, l’autre parent étant présumé d’accord. Ce qui permet de ne pas requérir systématiquement l’avis de chacun des deux parents dans le suivi détaillé et quotidien de la scolarité de l’enfant.Ce consentement présumé de l’autre parent tombe bien évidement dès lors que celui-ci manifeste explicitement un avis contraire.Aller au-delà de ce désaccord et agir seul ouvre encore un peu plus la potentielle fracture entre les parents et l’inconfort voire la tristesse de l’enfant.

    Se disputer

    Sortir de ces positions de persécuteur, victime ou sauveur* Découvrons ensemble la situation de Julien et de Sylvia: "Julien arrive dans l’espace de médiation familiale. Il parait tendu et ne manque pas de se repositionner plusieurs fois dans le creux du...

    On se sépare

    "C’est douloureux, c’est difficile, ça nous bouleverse. On aurait aimé ne pas se séparer, on aurait voulu continuer à s’aimer et rester unis. Malgré tout, nous avons décidé de nous séparer mais nous ne souhaitons pas nous faire la guerre".   Comment faire pour...
    Médiation Familiale en Essonne